Grande réforme après la mort de Molly Russell

Tolérance zéro: 77% des images supprimées n’ont pas été signalées par les utilisateurs.

Les nouvelles lois vont-elles aider? Les sites de réseaux sociaux vont faire plus pour protéger les jeunes après une forte augmentation du taux de suicide chez les adolescents en Angleterre.

Molly Russell avait 14 ans lors de son suicide en 2017. Après sa mort, son père Ian a découvert qu’elle avait regardé des contenus explicites sur le suicide et l’automutilation sur Instagram et d’autres sites.

Il a remporté une grande victoire cette semaine: Instagram a promis d’interdire les images, dessins et mèmes en rapport avec le suicide et l’automutilation.

Les nouvelles règles sont une extension de celles introduites en février interdisant les photos d’automutilation. Sur Instagram, le nombre de posts retirés a doublé depuis le premier trimestre. Entre avril et juin, l’appli a retiré 834 000 posts dont 77% n’ont pas été signalés par les utilisateurs.

En septembre, le Bureau des Statistiques Nationales au R-U a annoncé que le taux de suicide a augmenté de 11,8% en un an.

Le gouvernement a mis la pression pour que les sociétés Internet acceptent de protéger leurs jeunes et vulnérables utilisateurs. En avril, il a publié le Online Harms White Paper appelant à la création d’une réglementation qui pénaliserait les sites publiant des contenus abusifs et dangereux.

Tout le monde n’approuve pas cette obligation de protection par les sociétés Internet. L’avocat Graham Smith s’inquiète que la définition vague de « danger » menace la liberté d’expression en ligne.

Le gouvernement devrait-il contrôler le contenu des réseaux sociaux?

Réfléchissons ensemble

Oui, dit un grand lobby de psychologues pour enfants, militants pour la santé mentale et parents qui déclare que ces sociétés ont une responsabilité de protéger les jeunes usagers vulnérables.

Pas vraiment, selon Smith. Au lieu de chercher la racine du problème, ces pouvoirs gouvernementaux pourraient aggraver les choses pour les jeunes en agissant comme des pansements inutiles sur une véritable crise de santé mentale.

A Vous de Décider

  1. À quel âge devrions-nous autoriser les jeunes à utiliser les réseaux sociaux?

Activités

  1. Choose five words from the Vocabulaire section and use them in five new sentences.

Certains Disent

« La santé mentale d’un enfant est aussi importante que sa santé physique et mérite le même soutien. »

Kate Middleton, Duchesse de Cambridge

Quelle est votre opinion?

Q & R

Que savons-nous?
Un jeune sur huit, entre 5 et 19 ans, souffrait de problèmes de santé mentale en Angleterre en 2017 selon la NHS. Cela comprend des problèmes d’ordre « émotionnel, comportemental, l’hyperactivité et d’autres problèmes moins courants ».
Qu’ignorons-nous?
Les causes d’automutilation chez les jeunes car il n’y a jamais une cause unique. C’est un problème difficile.

Vocabulaire

Mort
Death.
Remporté
Won.
Interdire
Forbid.
Règles
Rules.
Depuis
Since.
A augmenté
Had risen.
N’approuve pas
Doesn’t agree.
S’inquiète
Worries.
Vague
Loose.
Liberté d’expression
Freedom of speech.
Réseaux sociaux
Social media.
Réfléchissons ensemble
Let’s put our heads together; think together.
Santé mentale
Mental health.
Racine
Root.
Aggraver
To make worse.
Pansements
Band-aid.